Des formations pour devenir « YouTubeur » existent

173
Des formations pour devenir « YouTubeur » existent

Des formations pour devenir « YouTubeur » existent

Avec le succès des « youTubeurs » qui doit évidemment faire fantasmer un bon nombre de jeunes dans le monde, cet été à Los Angeles, quelques adolescents vont participer au SocialStar Creator Camp, un camp d’été permettant d’apprendre les bases de la célébrité en ligne. Trois jours pour se familiariser avec les aspects de la réussite façon « YouTube » de la réalisation de vidéo à la monétisation en passant par les partenariats avec les marques.

 Ce n’est pas tout de percer, il faut durer et voir plus loin. Michael Buckley, auteur et humoriste, qui a construit sa popularité notamment grâce à YouTube, l’a bien compris, et il mène désormais les cours avec ses étudiants particuliers. Attention ici, c’est du sérieux, on ne parle pas de vedette, mais d’influenceurs.

 « Le SocialStar Creator Camp », explique qu’être un YouTubeur, un influenceur ce n’est pas seulement une carrière fun. Les cours sont largement dédiés à l’aspect sérieux du métier. On parle business, des marques et on prodigue des conseils pour faire grossir ses pages sur internet et rendre ses contenus plus visibles.

 Tout ceci rentre parfaitement dans le credo de la société américaine. Ces jeunes « YouTubeurs » sont les « winners » et les explorateurs de l’Amérique nouvelle. Buckley explique que les contenus de sa formation vont au-delà d’un simple apprentissage de la technique. Il déclare, « c’est génial, mais il y a des compétences que vous apprendrez, et qui vous aideront dans la vie, et vous en apprendrez beaucoup. C’est votre première entreprise, en tant que YouTubeur. C’est votre marque. Vous êtes entrepreneur par nature ».

 Un autre aspect de la formation consiste à la mise en garde de l’impact de la popularité sur la vie quotidienne avec notamment la gestion du harcèlement en ligne, inévitable quand on devient YouTubeur.

 Cela consiste par exemple à faire attention de ne pas filmer son quartier, à ne pas dire dans une vidéo où l’on habite. Ils apprennent aussi à gérer les commentaires, qui sont parfois très durs ou contenant des remarques « délicates », voire interdites.

 En France, certaines écoles et le YouTube Space de Paris, proposent aussi ce même genre de formation. Il est évident, que l’activité de « YouTubeur » profite d’une image idyllique et attrayante chez les jeunes. Ils imaginent une activité permettant de gagner de l’argent de manière « cool », sans avoir besoin de diplômes et sans trop se fatiguer.

 En attendant des lendemains certainement moins enchanteurs pour certains, ces formations vont offrir de nombreux débouchés à d’anciens « YouTubeurs » sur le retour.

Source