5 ERREURS À NE PAS FAIRE EN ENTRETIEN D’EMBAUCHE !

159
5-erreurs-a-ne-pas-faire-en-entretien-dembauche

Les 5 ERREURS

Votre entretien approche et votre stress monte. Ne cédez pas à la panique.

Vous pourriez bien commettre une des erreurs à ne surtout pas commettre en entretien d’embauche. Bonne nouvelle, nous vous expliquons comment les éviter !

1 – NE PAS SE RENSEIGNER SUR L’ENTREPRISE

Cela vous semble évident et pourtant encore trop de candidats, même sur des postes à responsabilités, arrivent s’en s’être informés sur l’entreprise qui les reçoit. Prenez au moins le temps d’apprendre l’histoire de l’entreprise, sa date de création, le nombre de salariés, etc.
Bien évidemment il ne faut pas seulement vous arrêter à ces informations basiques. Renseignez-vous sur l’environnement concurrentiel, sur les leaders et les challengers du marché de l’entreprise. Quelles sont les entreprises qui proposent les mêmes produits ou services ? A quels tarifs ? Quelle est leur stratégie ? Voici quelques questions auxquelles vous devez pouvoir répondre en entretien. Cet exercice vous permettra également de dégager les axes de différenciation de l’entreprise dans laquelle vous postulez.

2 – TROP EN FAIRE

Comme dans le monde professionnel, il faut savoir être à l’écoute de votre interlocuteur mais il faut également lui montrer que vous occupez l’espace et que vous avez des choses à apporter. La difficulté est donc de ne pas faire le cador lors de l’entretien sans paraître non plus trop effacé.
Apprenez à parler de vos succès en toute simplicité. Evitez à tout prix d’en rajouter : ne gonflez pas les chiffres de vos ventes et ne racontez pas que la réussite d’un projet n’a tenu qu’à votre seul talent. D’une part le recruteur sera en mesure d’attendre le même niveau de réussite sur votre futur poste ; d’autre part vous passerez pour un candidat égocentrique incapable de reconnaître le mérite du travail en équipe. Or sachez-le l’entreprise est-elle-même une grande équipe.
Pour raconter vos réussites et expériences avec sobriété sans ennuyer votre interlocuteur, entraînez-vous à en parler à l’oral en mettant une pincée d’enthousiasme dans votre récit.

3 – NE PAS POSER DE QUESTIONS

Rien ne vous a interpellé lors de l’entretien ? Vous n’avez aucune zone d’ombre sur le poste proposé ? Vous ne souhaitiez pas en savoir davantage sur la stratégie ? Si vous répondez non à toutes ces questions, c’est certainement que le poste ne vous intéresse pas tant que ça. Et aucun employeur ne souhaite recruter un candidat qui ne montre pas un intérêt total sur le poste proposé.
Avant l’entretien, préparez quelques questions. Evitez les lieux communs et concentrez-vous sur des sujets qui montrent que vous avez creusé le sujet. Par exemple, demandez pourquoi l’entreprise n’a pas suivi la même stratégie que l’un de ses concurrents ? Pour une entreprise en forte évolution, vous pouvez interroger le recruteur sur l’évolution de l’organisation interne, les axes de développement, etc.
Attention, ne posez pas les questions que vous avez préalablement préparé si votre interlocuteur y répond de lui-même pendant l’entretien.

4 – NE PAS SAVOIR EXPLIQUER CE QUE VOUS ALLEZ APPORTER SUR LE POSTE

L’objectif de l’entretien est d’identifier si vous correspondez au poste et donc ce que vous pourrez apporter sur vos futures missions. Même si le recruteur ne vous posera pas explicitement la question il cherchera à y répondre lors de l’entretien.
Afin de vous préparer au mieux à cette situation, identifiez avant l’entretien les attentes sur le poste.
Vous pourrez les retrouver sur l’annonce d’emploi à laquelle vous avez répondu ou encore en vous renseignant sur les profils des prédécesseurs sur le poste. De même, notez vos compétences qui sont en rapport avec le poste et les missions. Puis identifiez 2 ou 3 compétences ou expériences plus singulières qui pourront faire la différence sur le poste visé. En effet le recruteur aura normalement déjà validé avec votre CV que vous avez bien les compétences requises pour le poste. Lors de l’entretien il attendra donc de savoir quelle sera votre valeur ajoutée sur le poste.

5 – VOUS PLAINDRE DE VOTRE ANCIEN EMPLOYEUR

Vous le saviez certainement déjà : il ne faut en aucun cas vous plaindre de votre ancien employeur. Cela renverrait une image négative de votre personnalité. De plus le recruteur risquerait de vous voir comme un candidat qui n’arrive pas à digérer un désaccord avec son ancien employeur.
Et rien de pire qu’un collaborateur qui n’est pas capable de prendre du recul suite à un différend. Sur des postes à responsabilités vous serez forcément confronté à ce type de situations et votre futur employeur souhaite pouvoir compter sur vous, même en cas de désaccord.
Si vous devez malgré tout expliquer un départ précipité suite à un différend avec votre ancien employeur, signifiez simplement que vous ne vous retrouviez plus dans la stratégie. N’en dites pas davantage car vous risquez de vous perdre en explications maladroites – ce qui pourrait donner l’impression au recruteur que vous étiez en tort.