Les 10 attitudes qui agacent les recruteurs

223
entretien-de-recrutement-dix-attitudes-qui-agacent-les-recruteurs

En entretien d’embauche, certains tics énervent particulièrement les recruteurs.

Il n’y a pas que les mots qui ont leur importance lors d’un entretien d’embauche pour les recruteurs. Le non-verbal – votre façon de vous tenir, vos gestes, votre attitude générale – est également scruté par les recruteurs. Et certains gestes ont le don de les énerver :


– La poignée de main (trop) molle

C’est l’entrée en matière, le premier contact entre recruteur et candidat. Révélatrice de la personnalité, la poignée de main sera franche, mais jamais ferme. Attention aux mains moites, cela peut être signe de timidité excessive.

– Le regard fuyant ou trop insistant

La confrontation du regard entre recruteur et candidat est capitale. Fuir le regard est perçu comme un manque d’assurance. A contrario, un regard insistant donnera la sensation d’un candidat trop à l’aise.

– Se tenir mal assis

Être avachi sur sa chaise ou se tenir de travers traduit une attitude désinvolte. Il faut veiller à être droit, bien calé et face au recruteur, ne pas croiser ses jambes (signe de fermeture) et poser ses mains sur les cuisses.

– Les bras croisés

L’entretien d’embauche est un échange ! Croiser ses bras est une posture défensive, un signe de protection mal perçu.

– Les gestes d’appréhension

Même si l’entretien est un moment stressant pour qui cherche du travail, il faut essayer de ne pas répéter les gestes typiques de l’angoisse : se mordiller la lèvre, tapoter sur la table, se gratter le sourcil, jouer avec son stylo, etc. 

– Les doigts

Sans s’en apercevoir, nombreux sont ceux qui tournent frénétiquement leurs pouces l’un sur l’autre, ou pire, qui portent les ongles à la bouche. Signe de stress évident et de manque de confiance en soi, cette attitude est à proscrire définitivement.

– Les expressions faciales

Sourcils froncés, yeux écarquillés, sourire gêné… Gare aux expressions qui se lisent sur le visage et donnent l’impression d’un jugement de valeur permanent.

– Le téléphone portable 

Si cela peut sembler évident, rappelons qu’il ne faut jamais répondre à un appel en plein entretien. Le portable sera éteint ou mis en mode silencieux pour ne pas perturber les échanges. 

– Le chewing-gum

Il est extrêmement mal vu d’un employeur potentiel. Mâcher un chewing-gum est un manque de politesse et de savoir-vivre rédhibitoire. 

– S’étaler sur le bureau
Non, on ne pose pas son calepin ou ses coudes sur le bureau ! Cela reste l’espace de celui qui vous reçoit. Si l’on souhaite prendre (quelques) notes, on s’appuie sur ses jambes, tout en prenant soin de rester en contact visuel permanent avec son interlocuteur.